Jordan Bardella et Marion Maréchal dénoncent la «censure» de Facebook visant leurs comptes!!

RESEAUX SOCIAUX – Le vice-président du Rassemblement National et l’ancienne députée estiment avoir fait l’objet de « censure » de la part de Facebook après le blocage – temporaire – de leur page.

« Votre page est sur le point d’être dépubliée et fait l’objet d’une diffusion limitée et d’autres restrictions en raison d’infractions répétées aux Standards de la communauté. » Cet avertissement adressé dimanche 21 février par Facebook à Marion Maréchal Le Pen s’est accompagné du blocage de sa page sur le réseau social. Celle-ci a été menacée de « dépublication ». Aussitôt, l’ancienne députée du Rassemblement National (RN) a dénoncé l’action du géant du numérique. « Facebook a bloqué ma page, je ne peux plus rien publier. Les GAFAM sont dans une démarche de censure idéologique et politique en dehors de tout cadre judiciaire », a-t-elle fustigé sur Twitter en invitant sa communauté à la rejoindre sur sa chaine Telegram, lien à l’appui. 

Ce blocage temporaire – a été levé quelques heures plus tard. 

La page Facebook de Jordan Bardella, actuel vice-président du parti et député européen a, elle aussi, été suspendue. L’intéressé a procédé de la même manière en utilisant une rhétorique similaire dans un tweet, s’accompagnant d’une capture d’écran de sa page suspendue. « Facebook s’arroge le droit de supprimer mes publications défendant la liberté d’expression et dénonçant la dérive liberticide du gouvernement ! Jusqu’à la censure pure et simple de ma page sans recours possible ? », s’est offusqué l’élu RN.

Le blocage de la page de Marion Maréchal a été rétabli après quelques heures. Ce que l’intéressée a également fait savoir sur les réseaux sociaux.

Alors pourquoi ces deux pages ont-elles fait l’objet d’une tel blocage ? Contacté, Facebook n’a pas – pour l’heure – donné d’explication. Pour Marion Maréchal Le Pen et Jordan Bardella, cette mise en sommeil temporaire de leur page résulte de la publication de messages de soutien à Génération identitaire, mouvement de l’utra-droite menacé de dissolution par le gouvernement. Le RN n’a pas participé officiellement à la manifestation organisée samedi à Paris par ses sympathisants mais a déjà eu l’occasion de dénoncer une décision « politique » et « une dangereuse atteinte aux libertés fondamentales ». Une procédure de dissolution du groupe a été lancée le 13 février par Gérald Darmanin, laissant dix jours à l’organisation pour faire valoir ses arguments. 

« Je n’ai rien publié qui pouvait prêter à la polémique, a estimé Jordan Bardella auprès du FigaroLes réseaux sociaux se sont octroyé le droit de contrôler la parole publique. Après avoir censuré le Président des États-Unis, ils n’ont plus de limite.« 

Source: lci.fr

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*